top of page
  • Instagram
  • Facebook
  • Twitter

Yellowknife célèbrera le cinéma nordique

Dernière mise à jour : 27 oct. 2023

Le 17e festival international du film de la capitale ténoise commence le 1er novembre. Pendant cinq jours, 52 films seront projetés en salle ou en ligne.


Cristiano Pereira

IJL –Réseau. Presse – L’Aquilon



À partir du 1er novembre, Yellowknife accueillera son 17e festival international du film. Sur une période de cinq jours, le festival projettera une gamme de longs et de courts métrages au cinéma Capitol. De plus, la programmation prévoit la mise en ligne d’autres films.

Le festival fait une brève introduction la soirée du 28 octobre avec un programme inspiré par le thème d'Halloween : sept courts métrages seront projetés au cinéma Capitol. Toutefois, c’est uniquement le 1er novembre qu'aura lieu l'ouverture officielle du festival, dans la même salle, avec la projection du long métrage Cold Road de Kelvin Redvers.


Le film du cinéaste déné, membre de la Première Nation Deninu Kųę́́ et qui a grandi à Hay River, nous raconte l’histoire d’une femme autochtone qui tente de se rendre dans le Nord pour voir sa mère avant qu'elle ne décède. Mais pendant le voyage, un conducteur de semi-remorque inconnu se met à pourchasser la femme sur l'autoroute.

Talents nordiques

Le Festival international du film de Yellowknife œuvre à mettre en lumière les créations de nouveaux talents, ainsi que celles des cinéastes en devenir, tout en célébrant le travail des cinéastes établis. Le festival cherche à être engagé dans son rôle de tremplin pour les nouvelles œuvres et les cinéastes du Nord.

Lors d'un entretien avec Médias ténois, le directeur du festival, Jeremy Emerson, a déclaré avoir reçu plus de 500 projets pour l'édition de cette année. « Ce que nous recherchons principalement, c'est du contenu nordique, des films réalisés dans les Territoires du Nord-Ouest ou des films pertinents pour le public du Nord. En outre, nous recherchons des films novateurs qui font leur chemin dans le circuit des festivals et dans le reste du Canada, et nous les faisons venir ici pour les présenter au public de Yellowknife », a-t-il détaillé.


M. Emerson souligne également qu'il est «aussi très important d'avoir des films de plein air, des films sur des sujets autochtones, et des documentaires que l'on ne peut pas voir au cinéma ici ».


Des projets autochtones mis de l’avant

L'une des productions nordiques présentées cette année est Dene on the Land, de Jonathan Antoine, membre de la Nation dénée de Łı́ı́dlı̨ı̨ Kų́ę́ (Fort Simpson). Ce court métrage documentaire raconte l'histoire d'un ainé qui parle de l'importance de vivre en contact avec la nature.

Toujours du côté des documentaires, Handgames in the Delta, de Taylor Smith, est un autre film attendu. Le documentaire accompagne un groupe de joueurs de jeux de mains autochtones basé au Yukon qui s'est rendu dans quatre communautés des TNO (Inuvik, Aklavik, Fort McPherson et Tsiigehtchic) pour enseigner les jeux de mains aux citoyens. Le film tente de montrer comment l'enseignement de l'histoire et de la culture, l'altruisme et l'humilité sont des éléments importants dans ce jeu traditionnel.

Une autre proposition retenue par la programmation du festival est The Home Team, de Suzanne Crocker, un documentaire axé sur les nouveaux immigrants originaires de pays chauds qui s'adaptent à une nouvelle vie subarctique à Dawson City, au Yukon.


Parmi les œuvres francophones retenues, il y a notamment le long métrage documentaire Jacques, de la réalisatrice québécoise. Le film raconte l’histoire de Jacques Duhoux, habitant du nord du Québec, qui a vécu seul dans les monts Groulx, au Québec. Bien qu’à présent âgé de 85 ans, il persiste à mener sa vie en marge de la société, en dépit des défis inévitables liés au vieillissement. Le film essaie de montrer comment Jacques incarne la subtile harmonie entre la nature, le passage du temps, et la quête de la liberté.

Au total, le festival propose 52 films, en plus de divers ateliers, de classes de maitres et de conférences.


Comments


bottom of page