top of page
  • Instagram
  • Facebook
  • Twitter

Recentrer les membres individuels de la FFT

Dernière mise à jour : 30 mai

Denis Lord

IJL – Réseau.Presse – L’Aquilon


La récente consultation des membres individuels de la Fédération franco-ténoise (FFT) vise à mieux définir leur rôle au sein de l’organisme dans le cadre d’une révision de la structure organisationnelle. Des propositions en ce sens devraient être faites lors de prochaine assemblée générale de l’organisme en septembre prochain.


Avant 2017, seuls des organismes communautaires étaient membres de la FFT. L’adhésion individuelle, rappelle la directrice générale de la Fédération, Audrey Fournier, a été initiée pour combler le vide causé par la disparition des associations régionales… au mécontentement de certaines autres.


« Mais ça n’avait pas été fait en grand, rappelle-t-elle. Il n’y avait pas eu énormément de promotion, il n’y avait pas eu une réflexion intégrée sur l’implication de ces nouveaux membres, comment on dynamise leur engagement. […] Ce qu’on voit aujourd’hui est le résultat de comment la relation était dans le passé.

Ce n’est pas nécessairement ce que peuvent emmener les membres individuels si on travaille autrement. Si on veut des membres individuels impliqués, il va falloir qu’on soit présent et proactif, qu’on les informe et les consulte en dehors de l’assemblée générale annuelle. »


Rassemblement de la communauté francophone à la maison bleue en 2022,

siège de la Fédération franco-ténoise (Photo : Médias ténois – Archives)


Représentativité

La FFT compte actuellement 75 membres individuels, mais la directrice générale concède qu’elle ne sait pas s’ils répondent à tous les critères d’adhésion, ce qui fait d’ailleurs partie du plan de révision. Trois de ces membres siègent au conseil d’administration et représentent en même temps différentes régions : Marie-Christine Aubrey (Fort Smith), Kanda Kola Gnama (Inuvik) et Sophie Gauthier (Yellowknife).


Au-delà de sa raison d’être originelle, la membriété individuelle permet potentiellement à la FFT de mieux connaitre et représenter l’ensemble de la communauté.

La consultation du 17 avril, à laquelle sept membres individuels ont participé, visait entre autres à connaitre leurs attentes, leur motivation à s’impliquer.


« J’ai senti un consensus par rapport aux attentes face au mandat et au rôle de la Fédération, son leadeurship, son rôle de porte-parole, la défense des droits des francophones, témoigne Mme Fournier. Tout le monde ou presque semble apprécier l’importance du statut de membre individuel. Ensuite, il y a beaucoup de possibilités […] sur quel type de décision ils peuvent voter, les opportunités d’implications, leur pouvoir décisionnel, etc. »

L’Aquilon n’a pas été en mesure de recueillir les témoignages de membres individuels de la FFT.


Vers l’AGA

Une consultation des organismes communautaires a eu lieu en parallèle.

« L’idée, résume la directrice générale de la FFT, c’est de trouver une structure de gouvernance qui satisfait nos besoins et qui prend aussi en compte les besoins des membres communautaires et individuels, une structure qui nous permette de continuer à bien jouer notre rôle de porte-parole et de leadeur de la concertation entre les organismes francophones. […] Peu importe le modèle qui ressort de la révision, ce qui va être ultra important, ce sera de bien planifier comment on la met en œuvre. »

Comments


bottom of page