top of page
  • Instagram
  • Facebook
  • Twitter

Marché fermier : ouverture le mardi 7 juin

Le marché fermier de Yellowknife ouvre sa dixième édition ce mardi 7 juin, de 17 h 15 à 19 h 15, au parc Somba K’e. L’occasion pour les habitants d’acheter des fruits et légumes produits localement, mais aussi de vendre les surplus de leurs potagers, s’ils en ont.


L’évènement, créé en 2013 avec une dizaine de kiosques, en comptera cette année une quarantaine. Initialement, « l’idée du marché était d’assurer la sécurité alimentaire pour la ville de Yellowknife », expliquait la vice-présidente du marché Lise Picard, dans une entrevue accordée à Médias ténois l’année dernière.


France Benoit, cofondatrice du marché fermier et membre du conseil directoire de l’association, explique que, sur la quarantaine de kiosques et de producteurs qui vont se relayer pendant les quinze semaines que dure le marché cette année, seuls « trois ou quatre » sont des maraichers et vendeurs de produits alimentaires frais.


La maraichère évoque son second cheval de bataille : le gaspillage. « De la nourriture, il y en a partout, dit-elle. Mais il y a énormément de gaspillage, et beaucoup de gens qui ne mangent pas à leur faim. »


Pour tenter d’améliorer cet état de fait, et depuis maintenant cinq éditions, le marché fermier tente d’attirer les particuliers à vendre leurs productions sur un étal spécifiquement créé pour ça. Une table dite « des producteurs » a été mise en place, où tout un chacun peut vendre les fruits et légumes issus de son jardin.


Le choix de la manière incombe à chacun : les produits peuvent être vendus par la personne qui les ont produits, auquel cas cette dernière conserve 90 % du prix de vente. Ils peuvent aussi être vendus par un coordinateur de l’association, et, dans ce cas, 25 % des gains sont conservés par le marché fermier et le jardinier en récupère 75 %, ou tout simplement donnés au profit de l’association du marché fermier.


Une initiative qui se densifie avec le temps, et l’embauche cette année de personnes dédiées à l’accompagnement des jardiniers de Yellowknife intéressés par l’initiative. Comme l’expliquait France Benoit à Médias ténois en début d’année : « on veut éliminer le maximum de défis », pour permettre aux gens d’intégrer cette initiative.


Comments


bottom of page