top of page
  • Instagram
  • Facebook
  • Twitter

Inquiétudes et adaptations face aux niveaux d’eau historiquement bas

Le député McNeely appelle à des mises à jour et des actions rapides pour le réapprovisionnement des communautés.


Le député du Sahtu, Danny McNeely, a exprimé des inquiétudes concernant les niveaux d’eau exceptionnellement bas qui compromettent le réapprovisionnement des communautés de Fort Good Hope et Tulita. Il y a quelques semaines, le GTNO a annoncé qu’il annulait les expéditions par barge cet été en raison du faible niveau du fleuve Mackenzie.


Cette semaine, lors d’un breffage public du Comité permanent du développement économique et de l’environnement avec la ministre de l’Infrastructure, Caroline Wawzonek, McNeely a demandé davantage de mises à jour sur la situation.





Le député a insisté sur l’importance d’aborder cette crise hydrologique, car elle affecte directement l’approvisionnement essentiel des résidents de Fort Good Hope, Norman Wells et Tulita. McNeely a souligné l’urgence d’obtenir des mises à jour sur les volumes actuels de carburant et le calendrier de réapprovisionnement. McNeely a rapporté qu’il pourrait y avoir une possibilité de coopération pour le transport par barge la semaine prochaine, offrant ainsi un certain espoir de soutien. Cependant, il a noté la présence de débris, de branches et de buches flottants sur le fleuve, indiquant une légère hausse des niveaux d’eau, bien qu’encore loin des moyennes annuelles. 


Sa question principale adressée à la ministre de l’Infrastructure, Caroline Wawzonek, était de savoir si le département de Service de transport maritime (STM) participerait à l’organisation de réunions publiques à Tulita, à Norman Wells et à Fort Good Hope. Ces réunions visent à aborder le problème immédiat du réapprovisionnement et les défis financiers auxquels sont confrontées les communautés touchées en raison de l’annulation des barges.


Changements climatiques


Le député a souligné que les membres de la communauté ne rejettent pas la faute sur le gouvernement ou sur le STM pour la situation, la reconnaissant comme une conséquence des changements climatiques.

« Ce n’est en aucun cas la faute du gouvernement ou de STM. C’est une catastrophe naturelle, causée en grande partie par le changement climatique. Réalisons donc que le changement climatique est là et voyons comment nous pouvons nous adapter et aller de l’avant », a-t-il déclaré.

McNeely a appelé à adopter une approche adaptative, reconnaissant la réalité des changements climatiques et explorant les différents moyens de progresser. Il a sollicité la volonté de STM d’accompagner les réunions publiques proposées pour fournir une aide financière, du réconfort et engager des discussions avec les communautés touchées. 


La ministre a assuré que des réunions et des travaux sont en cours pour comprendre l’étendue de la situation et trouver des solutions. Mme Wawzonek a répondu aux préoccupations du député Danny McNeely, en soulignant la complexité de l’évaluation des retombées des faibles niveaux d’eau sur les communautés touchées. Lors du breffage ministériel public sur les faibles niveaux d’eau, Wawzonek a expliqué la nécessité de comprendre en profondeur les diverses dimensions de la situation. Elle a souligné la nécessité d’en évaluer l’influence, d’en estimer les couts associés et d’en anticiper les conséquences potentielles. Wawzonek a expliqué qu’une partie de l’évaluation consiste à déterminer quels projets pourraient être retardés, et les effets subséquents sur la main-d’œuvre. De plus, elle a noté l’importance d’identifier les fournitures reportées et de voir si celles-ci peuvent être atténuées avec les ressources existantes jusqu’en février. 


« C’est évidemment un évènement dramatique et certainement inattendu, mais essayer de vraiment comprendre quels sont ces impacts pour déterminer où le gouvernement peut s’insérer au mieux, ce n’est pas une tâche facile », a-t-elle déclaré.

Préoccupations immédiates


La réponse de Wawzonek a transmis l’engagement du gouvernement à comprendre et à relever les défis de réapprovisionnement auxquels sont confrontés Fort Good Hope et Tulita en raison des niveaux d’eau sans précédent.


Le député Danny McNeely a réagi en insistant sur la nécessité pour le gouvernement de rassurer quant aux préoccupations immédiates de réapprovisionnement. McNeely a souligné que le public recherche des assurances et un leadeurship sur la question de savoir s’ils auront suffisamment de carburant pour chauffer leurs maisons et écoles jusqu’à la prochaine saison des routes d’hiver. 


Au cours de la même session, Steve Hagerman, le directeur de Service de transport maritime (STM), a fourni un aperçu des capacités de la flotte et des difficultés spécifiques rencontrées. Hagerman a expliqué que la flotte de STM nécessite généralement environ quatre pieds d’eau sous la quille pour manœuvrer en toute sécurité. Il a noté que les conditions actuelles sont compliquées non seulement par les faibles niveaux d’eau, mais aussi par les obstacles qui émergent lorsque l’eau baisse. 


« Ce n’est pas seulement de l’eau basse. Ce sont les obstacles qui apparaissent lorsque l’eau descend », a-t-il expliqué. Hagerman a exprimé des incertitudes quant à la possibilité de trouver des navires avec un tirant d’eau plus faible qui possèderaient encore la puissance nécessaire pour remorquer leurs charges de manière efficace le long du fleuve. 

Malgré ces défis, Hagerman a assuré que le STM surveille de près les niveaux d’eau et apporte des ajustements au besoin. Il a mentionné que, bien qu’ils opèrent généralement avec un tirant d’eau de cinq pieds, ils ont prévu un tirant d’eau de quatre pieds cette année. Il a souligné que le tirant d’eau minimum absolu qu’ils peuvent gérer avec les actifs actuels est de trois pieds huit pouces. La réponse de Hagerman a souligné les efforts continus pour s’adapter aux conditions changeantes et assurer la sécurité et l’efficacité des opérations de réapprovisionnement pour les communautés touchées.


תגובות


bottom of page